top of page

AVENTURES YOGIQUES

Comment trouver l'enseignement de yoga qui convient ?

Ou de la confusion des genres :

Flyer du 8e festival de Yoga Paris 2023, dessins de pratiquants de Yoga en orange

« Venez !» dit Joan. « Bienvenue au Festival du Yoga !»

« Ben, y'en a beaucoup » annonça Marie en lisant le dépliant des démonstrations proposées.

« Et il pourrait y en avoir beaucoup plus » reprit Maud habituée de ses manifestations.

« Je suis perdue », se désespéra Anaïs.

« C'est tellement difficile de savoir », redouta Didier.

« Évidemment » ponctua Luc.

« Vive le yoga » s'enthousiasma Kevin.

« Il y a tant à découvrir » enchaîna Anne.

« Tout à découvrir » constata Étienne.

« Yoga Nidra est le meilleur » déclara Betty qui semblait plus informée.

« Taisez-vous » coupa Paul qui ne voulait pas être influencé.

« Je m'en vais, c'est trop et je ne suis pas bien avec le trop » exprima Georgia.


Espace AGORA, avant l'atelier de Cath et Serge sur la respiration, les pratiquants se préparent sur leur tapis de Yoga. Un grande verrière au plafond, une salle spacieuse et lumineuse.
Espace AGORA, avant l'atelier de Cath et Serge sur la respiration

« J'ai mal au dos » confia Jérôme qui savait qu'il fallait qu'il fasse quelque chose.

« Tu te tiens mal » observa Karine.

« Antéversion, fesses en arrière » ordonna Lucie qui avait déjà quelques pratiques.

« Oh oui, ça fait du bien » opina Jérôme !

« Le poids sur les talons » ajouta Nicolas.

« Je n'ose pas faire autrement que ce que je fais avec mon prof », bredouilla Aude.

« Oui il faut pratiquer », tonitrua Pierre.

«Sans aucun effort ? » interrogea Gaël.

«Laissez vous aller » apaisa Quentin qui sentait la tension monter.

« Les épaules en rotation externe », renchérit Romaric pour appuyer le propos de Nicolas.

« Ne verrouille pas tes coudes », continua Pierre qui ne voulait pas être en reste.

« On fait sans accessoires nous, on pratique nature », se vanta Frédérique.

« Adhérez à mon Institut, pendant le festival je fais une réduction de 10% », lança Mickaëla.

« En trois week-end, vous êtes prof de yoga », prédit Bertrand et « avec un certificat ».

« Quand j'étais jeune, je ne savais même pas ce que c'était le yoga », bredouilla Brigitte.

« Le Yoga c'est une vie » osa Kathia.

« Méditez le plus souvent possible », essaya François.

« Et buvez ce breuvage ; il vous donne tout ce dont vous avez besoin pour la journée », indiqua Sylvain.

« Les Indiens sont agaçants, ils font tout mieux que nous », répéta Nicolas encore une fois.

« Les animaux savent faire », martela Victor qui n'avait pas été en Inde.

« Qu'est ce que les animaux viennent faire là-dedans ; les chats qui s'étirent ou les chiens têtes en bas », dénonça William, sceptique.


Espace LUNE pendant l'atelier sur la sangle abdominale, les pratiquant sont assis sur leur tapis, Serge fait la démonstration. Une salle intime et décorée de tentures indiennes.
Espace LUNE pendant l'atelier sur la sangle abdominale de Cath et Serge

« J'étais destiné à une grande carrière ; et puis j'ai eu un accident et c'est le yoga qui m'a sauvé », raconta Éva.

« On a du mal avec la proprioception, n'est-ce pas ? répéta Antoine.

« C'est quoi ?, interrogea Anna qui n'avait aucune perception de son corps.

« Pour moi, le Yoga, c'est le son avant tout », proclama Bastien, « le souffle et le son »

« Je repasserai vous voir » conclut Victor.

« J'ai décidé, je me lance » s'entendit dire Annabelle...


Quelque temps plus tard....

cela aurait pu être plus tôt, beaucoup plus tôt mais cela aurait pu n'être jamais.

La rencontre essentielle et la pratique régulière avec le professeur choisi :

Elle se tint devant la porte, sonna. Serge ouvrit, sourit ;

je sais quoi faire,

les chaussures sous l'escalier et au premier étage le porte-manteau ;

et puis l'entrée dans la salle.

Les élèves sont là en avance ;

j'ai le trac.



Tour d'horizon et sourire esquissé vers des stagiaires rencontrés lors d'autres stages.

Le poêle.


le poêle à granulés de la salle de Yoga du Jardin des Récollets à Nantes où on lieu les stages de Cath et Serge

Je prends ma place, une place à la droite du poêle et sous une poutre dont les trous dans le bois me font penser à un fantôme bienveillant pour moi, légèrement souriant se moquant de mes broutilles d'angoisse ou de mes efforts erronés.



Pour recevoir l'enseignement, je dois chercher le mouvement qui me mène en dedans de moi.

Si je me laisse guider et que j'agis je suis quelqu'un d'autre et c'est plus grand, plus total.

C'est une partie de moi qui vient de moi mais n'est pas moi.

Je me laisse hanter par une voix plus grande que moi.

La voix me parle plus que le regard.

Et dans la voix que j'écoute, je cherche ma voie, je fais un voyage en moi et je quête le sens qui passe justement par les sens.

Et j'explore du plus large au plus subtil et je teste le mouvement comme je teste la vie tout le temps.

Je m'étonne d'avancer ; ça ne va pas tout seul, ça ne va pas tout droit et je me cogne à ma résistance et je ne trouve pas de réponse mais je continue de chercher, d'explorer le mystère :

je respire, je vois, je vois ma voie.

C'est fascinant quand on y pense.

Je me cogne encore. Le mouvement ne passe pas ;

Pourquoi je bloque ?

Pourquoi contourner l'obstacle ?

Pourquoi est-ce que je crois que je vais m'effondrer ?

Pourquoi passer à côté de sensations ?

Pourquoi avoir peur de chercher et d'expérimenter des intensités ?

Bouger, fléchir, corriger, silence, suspension de souffle, laisser faire le poids du corps, laisser le travail se faire, respirer,.

Se décaler, se déplacer même légèrement, et voir comment ça vibre à l'intérieur

A quoi ce voyage en moi va-t-il me mener ?

Peu importe, je suis là, moi, ici et maintenant...

Et puis, dans la posture accueillie, le mystère agit d'être débarrassée de moi et de ressentir qu'il y a quelque chose qui advient.

S'il n'y avait pas ce mystère, cette aventure, ce ne serait pas la peine de pratiquer.


L'auteur, Isabelle lors d'un stage pratique Supta padangusthasana. Sur un tapis de yoga sombre sur un plancher. Eelle porte un pull gris.


Quelque temps plus tard, beaucoup plus tard et cela aurait pu être plus tôt, et cela pourrait ne jamais être.

De l'action à la transmission


La transmission du yoga ou comment dire dans une langue ce qui se dit avant tout par le corps.

Comment dire avec des mots ce qui se transforme en mouvements du corps ?

Pour être professeur de yoga et transmettre sa pratique il faut avoir une langue, une langue avec des mots actifs, vivants presque menaçants qui bâillonnent les blablas et font vibrer les élèves.


Quelle connaissance faut-il ? La connaissance de l'expérience, la connaissance de la pratique individuelle et collective, la connaissance de l'observation.


Quel talent faut-il ? Car il y a quelque chose d'esthétique dans l'enseignement ; donner cours c'est être en scène.

Quand j’écoute mon professeur de Yoga je contemple un monde, je ressens des émotions indispensables pour pratiquer

Le yoga que Serge Gastineau et Cath Bellières m'enseignent est un modèle : j'écoute, j'observe, je mets le modèle à l'épreuve...



Et quand ça marche, quand ça advient je ressens une vraie joie intérieure, de l'harmonie et encore plus loin il en découle peu à peu pour moi un nouveau système de valeurs

Mon yoga d'aujourd'hui n'est pas celui de demain.

Sa vérité n'existe pas

Mon yoga évolue au jour le jour et il me fait sentir plus vivante que morte.

Isabelle Poupard, Nantes, 6 septembre 2023


1 Comment


Olivia Mulliez
Olivia Mulliez
Sep 09, 2023

Merci infiniment à Isabelle Poupard, pour ce texte d'une sensibilité immense, exprimé avec une grande délicatesse du verbe.

Je ressens un vécu intime avec le Soi..c'est très touchant...je m'y retrouve tellement...

Merci pour ce délicieux partage à tous les trois

Like
bottom of page